• Le procès des « Moria 35 » sur l’île grecque de Chios : entre iniquité et instrumentalisation de la justice sur le dos des exilés

    Le 28 avril 2018, 32 des 35 personnes migrantes poursuivies pour incendie volontaire, rébellion, dégradation des biens, tentative de violences ou de trouble à l’ordre public ont été condamnées à 26 mois de prison avec sursis par le tribunal de Chios (Grèce) après quatre jours d’une audience entachée de nombreuses irrégularités. Elles ont finalement été reconnues coupables d’avoir blessé des fonctionnaires de police, et ont été acquittées de toutes les autres charges.
    Avant cette sentence, les 32 condamnés (...) La suite

  • Situation de l’Aquarius : l’intervention espagnole ne dédouane pas l’Italie de ses responsabilités

    Communiqué de presse de l’ASGI

    On peut se réjouir du fait que, grâce à la proposition de l’Espagne d’accueillir les passagers de l’Aquarius, le drame que vivent depuis presque une semaine ces 629 personnes sauvées du naufrage mais interdites d’accostage trouve bientôt une issue.
    Cette solution ne saurait cependant dédouaner l’Italie et Malte des devoirs qui leur incombent au regard du droit international maritime, qui oblige les pays dont les côtes sont les plus proches à porter assistance et à permettre le débarquement d’un navire (...) La suite

  • "Accord" UE-Turquie : le troc indigne

    Catherine Teule, article extrait du Plein droit, n°114 (octobre 2017), GISTI

    Forte de 2600 kilomètres de frontières terrestres avec huit pays, d’une politique de visas amicale avec son voisinage comme avec les pays musulmans de la Méditerranée, la Turquie est devenue, à compter des années 2000, terre d’immigration et plus encore de transit. Cela n’a pas manqué d’inquiéter l’Union européenne (UE) qui, très tôt, a donc incité la Turquie à limiter l’accès à son territoire, à intensifier sa lutte contre l’immigration « irrégulière » et à maîtriser les « flux migratoires ». Un accord de (...) La suite

  • L’UE prend les frontières africaines pour les siennes

    Claudia Charles et Pascaline Chappart, article extrait du Plein Droit, n° 114 (octobre 2017), GISTI

    Incapables d’accueillir dignement les personnes en quête de protection internationale, les États membres de l’Union européenne rejettent leurs responsabilités sur des pays toujours plus lointains, sommés de bloquer les candidats à la migration à leurs frontières. Cette politique d’externalisation du contrôle des frontières extérieures de l’UE ne cesse de se déployer à coup de millions d’euros dont les sous-traitants les plus méritants sont les premiers bénéficiaires. Mais à quel prix ?
    La prétendue « crise (...) La suite

  • La frontière franco-italienne : cristallisation des violences et violations des droits

    Atlas des migrants 2017

    Au coeur de l’espace Schengen, la frontière entre la France et l’Italie – traversée par des mouvements migratoires depuis de nombreux siècles – s’est refermée avec le rétablissement des contrôles aux frontières internes en novembre 2015
    Devenue un espace militarisé et contrôlé, la frontière franco-italienne est depuis près de trois ans l’illustration de politiques migratoires visant à refouler les personnes dites migrantes au mépris de leurs droits fondamentaux : contrôles au faciès, renvois forcés sans (...) La suite

  • Interview de Marine De Haas : « Hotspots » en Libye : l’annonce problématique d’Emmanuel Macron

    Article de Alcyone Wemaëre - France 24 (27 juillet 2017)

    En marge de la visite d’un centre d’hébergement de réfugiés à Orléans jeudi, le président français a annoncé la création de "hotspots" en Libye "dès cet été". Une annonce qui pose problème à la Cimade et au HRW, notamment.
    "L’idée est d’ouvrir des ’hotspots’ en Libye afin d’éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile. (…) Je compte le faire dès cet été." Emmanuel Macron a bien prononcé ces mots lors d’un échange avec plusieurs journalistes jeudi 27 juillet, en (...) La suite

  • Procès des « Moria 35 » – premières observations

    Premier retour sur les audiences qui ont lieu à Chios (Grèce)
    Vendredi 20 avril - Premier jour d’audience
    Sur les 35 prévenus, 30 sont en détention provisoire depuis juillet dernier. Ils arrivent menottés deux par deux au tribunal. A l’extérieur comme à l’intérieur du tribunal, la présence policière est impressionnante (environ 40 policiers armés).
    Dans la salle d’audience, les 35 prévenus, principalement africains, sont placés au centre (sept rangs de six prévenus). L’ambiance est tendue. En face des (...) La suite

  • Procès des « Moria 35 » sur l’île grecque de Chios

    Dans la continuité de l’intérêt que porte Migreurop aux révoltes dans les camps et aux mobilisations des exilé·e·s, le réseau participe aux observations internationales du procès de Moria, dans lequel 35 personnes sont poursuivies pour avoir dénoncé leurs conditions de détention inhumaines lors d’une manifestation. Fort de son expérience en matière d’observations judiciaires, le réseau Migreurop – qui a pris position pour la fermeture de tous les camps d’étrangèr·e·s – assiste à ce procès, symbole de (...) La suite

  • Libres circulations

    La liberté de circulation entendue comme un droit fondamental porteur d’un projet d’égalité et de commune humanité est une revendication du réseau Migreurop. Avec ce contenu politique fort, elle n’a jamais connu de véritable application et demeure une utopie mobilisatrice à opposer à la dystopie d’un monde immobile et ségrégué.
    Comme l’indique le titre de cette carte, des « libres circulations » existent cependant. Elles segmentent des espaces et des populations. En premier lieu, les détenteurs de (...) La suite

  • Coopération UE-Afrique sur les migrations. Chronique d’un chantage

    Rapport d’investigation La Cimade, Loujna Tounkaranké, Migreurop

    Ce rapport, réalisé conjointement avec La Cimade et le collectif Loujna-Tounkaranké, est conçu comme un outil de décryptage de la coopération européenne sur les migrations et des instruments politiques et financiers de sa mise en œuvre.
    Basé sur des analyses de La Cimade, du collectif Loujna-Tounkaranké et du réseau ) Migreurop, ce rapport d’observation traite en particulier du partenariat de l’Union européenne (UE) avec l’Afrique. Et notamment avec le Mali, le Maroc, le Niger et le Sénégal en raison de (...) La suite

Cartes

Rapports

portfolios

Close the camps

Une cartographie dynamique et participative de l’enfermement des étrangers en Europe et au delà

>> voir le site

Frontexit

L’Europe est en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente

>> voir le site