• Pour la Cour européenne des droits de l’Homme, tout va bien dans les hotspots grecs

    Action collective

    La Cour européenne des droits de l’Homme vient de rejeter pour l’essentiel la requête dont l’avaient saisie, le 16 juin 2016, 51 personnes de nationalités afghane, syrienne et palestinienne - parmi lesquelles de nombreux mineurs -, maintenues de force dans une situation de détresse extrême dans le hotspot de Chios, en Grèce .
    Les 51 requérant.es, soutenu.es par nos associations*, avaient été identifié.es lors d’une mission d’observation du Gisti dans les hotspots grecs au mois de mai 2016 . Privées de (...) La suite

  • Atlas of Migration in Europe

    A critical geography of migration policies

    The Atlas of Migration in Europe is a committed Atlas that underlines the inconsistencies and the consequences of migration management in the European Union. To understand the evolution of the European migration policy, Migreurop gathered information on a reality that is elusive, because of its geographical scale, but also of a desire for concealment by European governments.
    Those fleeing war, poverty or political crises frequently risk their lives as they attempt to find sanctuary outside (...) La suite

  • « Mourir en mer ou sous les bombes : seule alternative pour les milliers de personnes migrantes prises au piège de l’enfer libyen ? »

    Communiqué du réseau Migreurop

    Le soir du 2 juillet, une attaque aérienne a été signalée sur le camp de détention pour migrant·e·s de Tadjourah dans la banlieue est de la capitale libyenne. Deux jours après, le bilan s’est alourdi et fait état d’au moins 66 personnes tuées et plus de 80 blessées . A une trentaine de kilomètres plus au sud de Tripoli, plusieurs migrant·e·s avaient déjà trouvé la mort fin avril dans l’attaque du camp de Qasr Bin Gashir par des groupes armés.
    Alors que les conflits font rage autour de Tripoli entre le (...) La suite

  • Méditerranée : face à la guerre aux migrant·es, la solidarité ne cèdera pas !

    Communiqué du réseau Migreurop

    Après 17 jours d’attente en mer, des attaques outrageantes et répétées dans les médias de la part du ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini et le silence assourdissant des États européens, Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, a décidé, dans la nuit du 28 juin 2019, de braver l’interdiction d’accoster dans le port de l’île de Lampedusa afin de sauver la vie de 40 personnes. En entrant dans le port samedi, elle a dû manœuvrer pour éviter un navire de la marine italienne qui lui barrait la route. (...) La suite

  • Behind the word ‘camp’

    26/6/19 Alexandria Ocasio Cortez, Democratic Rep. of the 14th New York District in the US House of Representatives, has been violently attacked for stating that detention centres for foreigners are concentration camps, yet never calling them extermination camps. In 2004, the Migreurop network has been similarly attacked when it used the word "camp" to designate the places where, in and around Europe, foreigners are locked up. We have decided to translate this text to affirm our solidarity with Alexandria Ocasio Cortez, all those who, opposing the war on migrants, are prosecuted and often convicted and above all with migrants. Free movement for all ! La suite

  • Conférence publique - Nouvelles formes de confinement aux portes de l’Union européenne

    Madrid

    Migreurop organise le 8 juin prochain une conférence sur les "Nouvelles formes de confinement aux portes de l’Union européenne" au centre culturel Galileo à Madrid (c/ Galileo 39, 28015 Madrid) de 9h30 à 18h00. Inscription recommandée : ici
    Programme
    9h30 : Accueil des participant·e·s 10h00 : Introduction : « l’évolution de l’approche hotspot de 2015 à nos jours »
    I. Les dérives de « l’approche hotspot » : tri, confinement et coercition aux frontières extérieures de l’Union européenne
    10h30 : Les (...) La suite

  • Guerre aux migrant·e·s : la justice française entérine la coopération de la France avec le gouvernement libyen

    Communiqué

    A l’heure où la Libye est en proie à une nouvelle guerre civile, la France n’a pas hésité à annoncer la livraison de six bateaux pour lutter opportunément contre l’immigration « dite clandestine ». Le tribunal administratif de Paris, saisie par plusieurs associations dont Migreurop, n’y trouve rien à redire.
    Une fois de plus , des juges s’abritent derrière le fait que l’acte de cession relève de la conduite des relations internationales de la France pour se déclarer incompétents à opérer un contrôle de (...) La suite

  • L’État français livre des bateaux à la Libye : des ONG saisissent la justice !

    Communiqué de presse

    Nos huit associations saisissent aujourd’hui la justice pour dénoncer la complicité de la France dans les violations des droits humains en Libye. Elles demandent auprès du tribunal administratif de Paris la suspension d’une livraison d’équipements prévue par le ministère des Armées à destination des garde-côtes libyens compte tenu de doutes sérieux sur sa légalité.
    En février dernier, Florence Parly, ministre des Armées, annonce l’achat par la France de six embarcations rapides au profit des garde-côtes (...) La suite

  • Le réseau Migreurop soutient l’opération Mediteranea contre les effets dévastateurs des politiques migratoires européennes

    Depuis 2011, Migreurop participe à la coalition Boats4People et soutient la plateforme Watch the Med, qui visent à promouvoir les droits des migrants en mer, en faisant connaître et en documentant les situations de détresse, attentatoires à leurs droits. Dans la continuité de ce travail de dénonciation, le réseau soutient le projet Mediterranea.
    Le réseau Mediterranea Saving Humans, qui a affrété le Mare Jonio, bateau sous pavillon italien, a deux objectifs : « C’est une mission d’obéissance civile (...) La suite

  • En Allemagne, des centres d’accueil… de plus en plus fermés

    Depuis 2015, la tendance en Allemagne est de normaliser l’ouverture de centres dits de « premier accueil », en regroupant plusieurs administrations sur un même site. Ces centres ont pour but de permettre aux exilé.e.s de clarifier leur situation administrative et de déposer une éventuelle demande d’asile. En théorie, ceux-ci ne doivent pas y rester plus de six mois, et sont ensuite transféré.e vers des Gemeindezentren, des centres d’accueil gérés par les communes, même si l’examen de la demande de (...) La suite

Cartes

Rapports

portfolios

Close the camps

Une cartographie dynamique et participative de l’enfermement des étrangers en Europe et au delà

>> voir le site

Frontexit

L’Europe est en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente

>> voir le site