• Des centaines d’ONG et d’individus réclament la révocation de la zone SAR de la Libye

    LETTRE OUVERTE
    Lettre ouverte demandant à l’Organisation maritime internationale (OMI) d’abroger la zone SAR libyenne
    Monsieur le Secrétaire général Kitack Lim,
    Après que la Libye et Malte ont signé un protocole d’accord le 28 mai 2020 pour fournir une base juridique bilatérale aux pratiques illégales, il est urgent que l’OMI, en tant qu’autorité maritime des Nations unies, retire la zone SAR libyenne des registres officiels. L’Italie a également renouvelé son protocole d’accord avec la Libye en (...) La suite

  • Politiques du non-accueil en Tunisie : des acteurs humanitaires au service des politiques sécuritaires européennes

    Rapport conjoint de mission FTDES Migreurop - juin 2020

    « La réponse est claire : c’est non […] Nous n’avons ni les capacités ni les moyens d’organiser [des] centres de rétention ». C’est par ces mots qu’en juin 2018, Tahar Chérif, ambassadeur tunisien auprès de l’Union européenne, réitérait le refus de la Tunisie d’accueillir sur son sol des camps où seraient « stocké·e·s » les migrant·e·s dont l’Union européenne ne veut pas. Ce refus faisait suite à la proposition de la Commission européenne d’installer en Afrique du Nord des « plateformes de débarquement » pour les (...) La suite

  • Mission en Espagne en 2019

    Anna Amiach a été accueillie à Madrid de mai à octobre 2019 au sein de la Commission espagnole d’aide au réfugié (CEAR), membre espagnol du réseau.
    Ses travaux durant ces 5 mois de mission ont porté principalement sur l’externalisation des politiques migratoires de l’UE (en particulier les cadres de coopération entre le Maroc et l’UE/l’Espagne dans le domaine des migrations), et sur les entraves à la liberté de mouvement des personnes migrantes.
    Elle a ainsi réalisé/diffusé une veille documentaire et (...) La suite

  • Hotspot de Samos : l’enfer à la frontière gréco-turque

    Rapport de missions Gisti - Migreurop 2019

    Le vendredi 28 février 2020, le président turc Recep Tayyip Erdogan décidait unilatéralement de suspendre l’accord UE-Turquie de 2016, qui, en quatre ans, a transformé cinq îles grecques de la mer Égée en prisons à ciel ouvert pour les exilé·es, les fameux « hotspots ». A de nombreuses reprises déjà, la Turquie s’était servie de cet accord comme instrument de chantage auprès de l’Union européenne, en menaçant de rouvrir ses frontières. Les critiques des gouvernants européens face à l’offensive turque en Syrie (...) La suite

  • Les mort·e·s en Méditerranée ne sont pas une fatalité !

    La solidarité, dernier rempart face aux politiques mortifères de l’Union européenne (UE)

    Après plusieurs jours d’incertitude et de confusion, le bilan de ce début du mois d’avril en Méditerranée centrale — bien que pour l’heure encore provisoire — est particulièrement funeste : des centaines de personnes migrantes épuisées après avoir été abandonnées plusieurs jours en mer sans aucun secours, 12 personnes mortes de fatigue, de déshydratation ou noyées et plusieurs centaines renvoyées dans l’enfer libyen qu’elles tentaient de fuir à tout prix. Mais alors que l’Europe essaie de faire passer cette (...) La suite

  • Mission en Allemagne en 2018

    Dans le cadre de la session n°21 du programme Échanges & Partenariats, Aude de Coustin a été accueillie à Berlin au sein de Borderline Europe, partenaire de Migreurop, pour investiguer l’accueil des exilé·e·s en Allemagne dans un contexte post 2015, avec un focus sur l’asile et la détention des personnes étrangères, ainsi que sur le rôle moteur de ce pays du Nord dans la définition et la mise en œuvre de l’externalisation des politiques migratoires européennes.
    Aude a réalisé plusieurs documents (...) La suite

  • Nouvelles formes de confinement aux portes de l’Union européenne

    Actes de la conférence de Madrid (2019)

    Depuis la mise en place de « l’approche hotspot », en 2015, par l’Union européenne (UE), Migreurop décrypte ses conséquences et dérives dans ses publications et à l’occasion de diverses rencontres internationales (Calais 2015, Rabat 2016). Le but de ce dispositif, qui n’a rien de nouveau, est en d’empêcher les arrivées et de criminaliser la migration, ce qui s’accompagne d’une montée de la violence et d’atteintes aux droits des migrant·e·s dans le cadre d’une politique du tout sécuritaire. Cinq ans après, (...) La suite

  • De « la guerre contre le virus » à la guerre aux exilé·e·s : les réponses sécuritaires au Covid-19 exacerbent les violences aux frontières

    Les hotspots grecs dans lesquels sont entassé·e·s les exilé·e·s sans protection de leurs droits ou de la pandémie exemplifient la précarisation de leurs trajectoires par les politiques sécuritaires des États. Migreurop dénonce les violences infligées aux exilé·e·s exercées au nom de la « guerre contre le virus », l’inégalité de traitement à leur égard face à la pandémie, et demande la fermeture immédiate de tous les espaces de détention pour garantir leur droit à être protégé·e·s.
    Migreurop publie aujourd’hui une (...) La suite

  • UE–Turquie : le cynisme en partage

    Plus que jamais, ce 18 mars 2020, à l’heure où une pandémie se répand, s’en prenant aux populations les plus démunies et les moins protégées, dont les personnes exilées dans les hotspots, aux frontières, ou encore enfermées dans des centres de rétention européens, nous exprimons avec force notre rejet total de cette politique cynique qui n’est rien d’autre qu’une guerre aux migrant.e.s.
    Il y a quatre ans, le 18 mars 2016, était rendue publique la Déclaration « UE/Turquie » par laquelle l’Union européenne (...) La suite

  • À la frontière gréco-turque, la xénophobie et le racisme tuent ! L’Union européenne aussi !

    Depuis plusieurs jours, des personnes meurent à la frontière gréco-turque ! Cette situation est la conséquence directe de choix politiques opérés par les dirigeants européens qui voudraient boucler les frontières de l’Union européenne à tout prix, notamment en sous-traitant à des États non européens l’examen des demandes d’asile et l’encampement des indésirables. Des images insoutenables arrivent quotidiennement, montrant des personnes exilées refoulées ou mises délibérément en danger.
    Pour empêcher leur (...) La suite

Carte

Rapports

Close the camps

Une cartographie dynamique et participative de l’enfermement des étrangers en Europe et au delà

>> voir le site

Frontexit

L’Europe est en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente

>> voir le site