200 boat-people interceptés à Lampedusa en Italie

Près de 200 boat-people ont été interceptés jeudi matin à Lampedusa, au lendemain de l’arrivée sur l’île au sud de la Sicile de fonctionnaires de l’agence européenne Frontex, chargés d’organiser des patrouilles contre l’immigration clandestine.

Des vedettes ont intercepté, près de la petite île italienne, une embarcation en bois avec environ 150 clandestins à son bord. Un peu plus tôt dans la matinée, une quarantaine d’autres migrants, qui avaient réussi à débarquer sur l’île, ont été arrêtés par la police. Les migrants devaient tous être transférés au centre de transit de Lampedusa, destiné aux premières vérifications sur leur origine et sur leur droit à déposer une demande d’asile.

L’île de Lampedusa, située à quelque 300 km au nord des côtes libyennes et à 200 km au sud de la Sicile, est le théâtre quasi quotidien de l’arrivée de boat-people, partis du nord de la Libye sur des embarcations en mauvais état dans l’espoir de s’installer en Europe. Le ministère italien de l’Intérieur a annoncé, mercredi, que trois fonctionnaires de l’Agence pour la coordination des frontières extérieures de l’Union européenne (Frontex) étaient arrivés à Lampedusa.

"L’équipe européenne (...) sera chargée d’analyser la situation des débarquements dans le sud de l’Italie et d’organiser des patrouilles communes en Méditerranée pour la lutte contre l’immigration illégale", a indiqué le ministère. Le commissaire européen à la Justice, à la Liberté et à la Sécurité, Franco Frattini, a affirmé jeudi que ces patrouilles communes, impliquant dans un premier temps l’Italie, la Grèce et Malte, pourraient être activées d’ici la fin du mois d’août.

Selon les chiffres officiels, 9.500 boat-people ont été interceptés entre le 1er janvier et le 20 juillet près de Lampedusa et de la Sicile, soit 2.000 migrants de plus qu’en 2005 sur la même période. L’Italie a accordé 907 statuts de réfugié et 4.375 permis temporaires de séjour humanitaire en 2005, selon les données du Haut Commissariat pour les réfugiés de l’ONU (HCR).

Source