Naufrage à Lampedusa

Naufrage à Lampedusa

Le Monde

La petite île italienne de Lampedusa a été confrontée samedi 19 août à un nouveau drame de l’immigration clandestine : au moins 10 personnes sont mortes noyées dans le naufrage d’une embarcation où près d’une centaine d’hommes et de femmes s’étaient entassés.

Les cadavres de quatre femmes et six hommes avaient été récupérés samedi à 9 h 30, et 70 personnes sauvées du naufrage, a indiqué un responsable de la Capitainerie de Palerme (Sicile), qui coordonne les opérations de secours. Il a estimé que les occupants de l’embarcation venaient "d’Afrique du Nord"."Nous poursuivons les recherches, mais nous ne savons pas s’il reste encore des corps à récupérer. Il semblerait que ce soit le cas d’après les témoignages des rescapés", a-t-il ajouté.

Selon l’agence italienne Ansa, un rescapé aurait assuré qu’il y avait 120 personnes à bord de la petite embarcation, et que quarante personnes seraient donc portées disparues.

L’embarcation avait été repérée à l’aube par un bâtiment de la marine italienne, « La Minerva », à une quinzaine de kilomètres de côtes de Lampedusa, petite île située au sud de la Sicile et à 300 km des côtes libyennes, qui fait face à des arrivées constantes d’immigrants. Mais à peine dix minutes après avoir été repérée par le navire militaire qui faisait route vers elle, l’embarcation longue de dix mètres a subitement coulé pour des raisons inexpliquées, la mer n’étant pas particulièrement mauvaise et les vents plutôt faibles.

Les hommes de « La Minerva » ont immédiatement mis à l’eau deux chaloupes et ont pu récupérer soixante-dix immigrants clandestins. Les vedettes des gardes-côtes et des douaniers ainsi qu’un avion et une hélicoptère rapidement dépêchés sur les lieux n’ont pu que repêcher des cadavres.

Ces dernières semaines, des dizaines d’embarcations ont été interceptées au sud de la Sicile. Selon des chiffres publiés à la mi-août par le ministère de l’intérieur italien, 10 414 personnes à bord de 178 embarcations sont arrivées à Lampedusa entre le 1er janvier et le 31 juillet 2006, contre 6 901 durant la même période de 2005.
Les barques utilisées par les filières d’immigration étant de plus en plus petites, elles n’arrivent pas toujours à atteindre la Sicile, distante de 200 km de Lampedusa, et doivent être secourues ou interceptées en chemin.

Treize personnes étaient mortes de faim et de soif le 29 juillet, après 20 jours en mer entre la Libye et l’Italie. Les 14 immigrants qui avaient survécu au périple avaient été hospitalisés dans un état grave.

Source : Le Monde