Amnesty dénonce l’expulsion d’un Syrien condamné dans son pays

L’Orient - Le Jour (Liban)

Amnesty International a dénoncé samedi l’expulsion par la Grande-Bretagne d’un demandeur d’asile syrien qui, une fois livré à son pays, a été condamné à 12 ans de prison pour appartenance aux Frères musulmans, une formation interdite en Syrie.

Interrogé, le ministère britannique de l’Intérieur a affirmé qu’il ne commentait pas des cas individuels.

Mohammad Oussama al-Sayess a été incarcéré le 25 juin après avoir été condamné par la Cour de sûreté de l’État syrienne à l’issue d’un procès « notoirement injuste » et qui ne correspond pas aux normes internationales, a déclaré le responsable d’Amnesty pour le Royaume-Uni, Tim Hancock.

Le jour du verdict, l’Organisation nationale des droits de l’homme en Syrie (ONDHS) avait précisé à Damas que Mohammad al-Sayess, 27 ans, avait été expulsé de Grande-Bretagne vers la Jordanie il y a un an et demi. Mais lors d’une escale de son avion en Belgique, les autorités belges l’avaient arrêté et extradé vers la Syrie.

Dans ce pays, l’appartenance au mouvement des Frères musulmans est passible de la peine capitale. Depuis le milieu des années 1990, les Frères musulmans condamnés à mort ne sont plus exécutés, leur sentence étant commuée en une longue peine de prison.

Source : L’Orient-Le Jour