Quels modes d’intervention, quelles perspectives pour un « droit de regard » dans les camps d’étrangers ?

Rencontre internationale, Paris, 23 novembre 2007

Rencontre internationale, Paris, 23 novembre 2007

« Migreurop est un réseau européen de militants et chercheurs dont l’objectif est de faire connaître la généralisation de l’enfermement des étrangers dépourvus de titre de séjour et la multiplication des camps, dispositif au cœur de la politique migratoire de l’Union européenne. Parmi ses moyens d’action : faire connaître l’Europe des camps et les mobilisations qui s’y opposent (...) afin que personne n’ignore que le « grand enfermement » et le « grand éloignement » des étrangers sont une réalité dans l’Union européenne actuelle. (...) Agir à l’échelle européenne pour mobiliser contre « l’Europe des camps » en favorisant les échanges entre des groupes aux pratiques et objectifs multiples, mais qui peuvent ponctuellement agir ensemble ou côte à côte ». (Extrait de la présentation du réseau Migreurop).

Cette rencontre sera l’occasion pour des associations membres et partenaires du réseau Migreurop d’échanger sur leurs modes d’intervention autour de la question de l’enfermement des migrants. Ces modes d’intervention sont très divers : ils vont de la situation en France, où la loi permet un accès très encadré aux lieux d’enfermement pour des personnes ou des organisations agréées par les pouvoirs publics au cas de Chypre, où les rares associations qui défendent les droits des étrangers subissent la répression des pouvoirs publics, en passant par les pays de la frontière orientale de l’Europe, dans lesquels la problématique de l’enfermement des migrants est récente, et les pays méditerranéens où l’accès aux camps, souvent informels, dépend du rapport de force politique.

Au cours de la rencontre seront abordées des questions relatives à la réglementation (sur l’enfermement des migrants, sur l’accès aux lieux de détention : qui, comment, dans quelles conditions ?) et aux mobilisations menées au niveau national pour améliorer la transparence et faire connaître la situation de l’enfermement dans les pays concernés. Cet échange devrait permettre à la fois d’aboutir à une meilleure connaissance des méthodes d’intervention des associations des différents pays dans les camps d’étrangers, et de renforcer la coopération entre les acteurs de terrain.
La discussion s’organisera autour d’un échange des expériences et des moyens d’action des associations membres de Migreurop et les suivants associations invitées par le réseau :

PIC (Legal-information Centre for NGOs) Slovénie, Comité Helsinki de Hongrie, HCA/RLAP (Helsinki Citizen’s Assembly Refuge Legal Aid Program) Turquie, RAD Center (Rom ashkali documentation center) Kosovo, KISA (Action for Equality, Support, Antiracism) Chypre, Solim (Solidariedade Imigrante) Portugal, AMDH (Association Mauritanienne des droits humains) Mauritanie, ASMD (Association sud pour la migration et le développement) Maroc ; Moviment Graffitti, Malte

Dans la continuité des conclusions du séminaire organisé par Migreurop à Cecina sur les « violations des droits humains aux frontières » (juillet 2007), l’objectif de cette rencontre sera d’élaborer une campagne collective pour un « droit de regard » dans les lieux d’enfermement des migrants.

La rencontre se tiendra à Paris de 9h00 à 18h00

Au CICP

21,ter Rue Voltaire

75011 Paris

Metro : Nation (ligne 1, 2, 6, 9, RER A) - Rue de Boulets (ligne 9)


Documents

compte rendue de la rencontre Migreurop

(PDF – 498.3 ko)