250 citoyens érythréens risquent leur vie : Le Parlement européen doit agir

communique presse GUE/NGL

Depuis le 30 juin, 250 citoyens érythréens se trouvent dans un centre de détention au sud de la Libye en vue d’un rapatriement forcé vers leurs pays d’origine. Ces personnes sont de potentiels demandeurs d’asile et parmi eux certains ont été refoulés d’Italie en Lybie sans avoir la possibilité de demander la protection internationale.

Trois députés du groupe de la Gauche Unitaire Européenne/Gauche Verte Nordique (Rui Tavares, Marie-Christine Vergiat et Miguel Portas) ont demandé aujourd’hui la convocation urgente de la Commissaire européenne compétente et des représentants des autorités libyennes, devant la commission des libertés publiques, la sous-commission pour les droits de l’Homme et la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb.

Selon les députés, "c’est une question de vie ou de mort : ces refugiés ont déjà été maltraités et risquent un sort encore plus cruel. Un manque d’action de la part de notre Parlement serait impardonnable".