Arrivée de boat-people en Sicile

le droit de regard des associations dans les lieux d’enfermement baffoué

information reçue par l’association ARCI qui se trouve sur place

Hier, 26 octobre 2010, a été intercepté au large de la Sicile et amené au port de la ville sicilienne Catania (molo 24), un bateau, qui avait à bord 132 migrants. Tous se déclarent demandeurs d’asile et palestiniens.
7 égyptiens ont été arrêtés avec l’accusation d’être passeurs
Les migrants sont arrivés dans un bateau de pêche égyptien de 30 mètres.
Sont tous hommes apparemment il y a beaucoup de mineurs (les militants sur place, disent presque la moitié).

Les migrants ont été amené dans un local désaffecté de la ville, réquisitionné par la Police afin d’être utilisé comme lieu d’enfermement.

Pour l’instant toute demande d’accès aux lieux de la part des associations a été refusé. L’association ARCI qui avait demandé à entrer, et qui est en possession d’une autorisation d’accès par le Magistrat de Catane, s’est vu délivrer un refus par la Préfecture de Catane à entrer dans les lieux.
La motivation : entrave à l’opération judiciaire
Aucune association du projet "Preasedium" (HCR, Save the Children, OIM, Croix Rouge) a pu avoir accès aux lieux d’enfermement, bien que il y a ait une convention avec le Gouvernement pour accéder aux centres.

Le représentant d’ARCI nous informe que un groupe de personne reste en rassemblement devant le local d’enfermement où ont été amené les migrants (http://www.officinarebelde.org/ et http://www.meltingpot.org/articolo15913.html

Il y a un fort risque que les migrants puissent être identifiés à toute vitesse comme ressortissants égyptiens et expulsés.

Si on regarde les chiffres donné par le Ministère de l’Intérieur Italien on se rend compte qu’il ya presque un charter d’expulsion par semaine qui part de Rome ou Catane même vers Le Caire.
Des migrants débarqués en Sicile fin septembre 2010, à quelque km où ont débarqué ce matin les 132, ont été identifiés et expulsés en Egypte le jour après leur arrivée. De même ont été expulsés en Egypte 21 migrants débarqués debout octobre à Latina, à cote de Roma
En bonne partie grâce à l’accord dit de "collaboration" Italie-Egypte, signé en 2007 par les deux pays. Le chantage, dans le cas de cet accord, sont un quelque milliers de postes dans les quota d’accès au territoire pour le travail en échange d’une reconnaissance très rapide de la nationalité égyptienne dans les procédures de réadmission. Le fait que la plupart des migrants égyptiens présents sur le territoire italien soit entrée par la mer, nous fait comprendre combien de peu de postes ont été finalement réservés aux égyptiens.

donnés du Ministère de l’intérieur italien sur les renvois d’Italie en octobre 2010 :

http://www.interno.it/mininterno/site/it/sezioni/sala_stampa/notizie/2010/

22/10/2010 : à 17h00 est partis de l’aéroport de Rome un charter conjoint pour Lagos (Nigeria) où ont été rapatrié 36 ressortissants du Nigeria, dont 28 expulsés d’Italie, 5 de Malte et 3 de la Norvège, escorté par les operateurs de police des respectives pays d’origine.

Depuis le 14 au 22 octobre "ont été expulsés en Algérie, avec des vols de ligne au départ de Rome, 34 algériens débarqué dans les jours passés sur les cotes de la Sardaigne, après leur identification par les autorités consulaires".

semaine du 16 octobre : "ont été expulsés 54 citoyens extracommunautaires en provenance principalement du Maroc, Algérie Egypte."

semaine du 9 octobre : "ont été rapatriés avec diverses vols, 26 citoyens extracommunautaires, notamment tunisiens, marocains, ghanéen"

5 octobre "autres 22 égyptiens ont été expulsés, avec un vol charter, au départ de Roma en direction du Le Caire". Des 22, 21 étaient débarqués le 4 octobre long les cotes à cote de Latina en provenance d’Egypte.

29 et 20 septembre :" ont été rapatriés, avec diverses vols, 62 extracommunautaires clandestins, marocains, algériens et tunisien, interceptés sur le territoire nationale, et autres 55 égyptiens avec deux vols charters affectés, partis de Catania pour le Caire". Les 62 faisaient partis d’un groupe de 82 débarqués long les cotes siciliennes, à coté de Catania.

Le Ministère rappelle "L’expulsion des étrangers qui s’ajoute à celle d’autres 22 autres égyptiens en cours cette semaine avec diverses vols de ligne, est fruit de la superbe collaboration instauré entre le Ministère de l’Intérieur, à travers la Direction Centrale de l’Immigration et de la Police aux frontières et les bureaux immigration des pays de la méditerranée dont ont origine les trafics migratoires illégaux"