Les étapes du processus d’externalisation du contrôle des frontières en Afrique, du Sommet de La Valette à aujourd’hui

Document d’analyse de l’ARCI - juin 2016

Dans le cadre des discussions qui ont lieu au Conseil sur "la coopération avec les pays tiers d’origine et transit”, l’association ARCI a publié un document d’analyse sur la politique européenne et italienne d’externalisation dans les pays africains, dans le cadre de l’adoption du Migration Compact, qui propose de reproduire l’accord UE-Turquie aux pays d’origine et de transit de la route de la Méditerranée centrale. Le document se concentre principalement sur les effets néfastes de ce processus d’externalisation dans trois pays : le Niger, le Soudan et la Gambie.

Il vise à informer la société civile et les gouvernements des dérives des accords multilatéraux et bilatéraux avec les pays d’origine et de transit, qui mènent à des violations systématiques des droits fondamentaux et des Conventions internationales.

Le 27 juin dernier, ARCI a présenté cette analyse lors d’une conférence de presse qui s’est tenue au Parlement Italien, et à laquelle ont participé des représentants de Médecins Sans Frontières, Amnesty International Italie, Caritas Italie, Concord Italie ainsi que le Vice-Président de la Commission Affaires Etrangères du Parlement.

Ce rapport atteste une nouvelle fois que la politique migratoire menée par l’Union européenne consiste à sous-traiter la gestion des tierces frontières aux pays limitrophes afin d’empêcher l’arrivée de migrants et réfugiés sur son territoire.

Le rapport est disponible sur le site d’ARCI et en pièce jointe.


Documents

Externalisation_docanalyse_ARCI_FR

(PDF – 587.1 ko)