Contrôle des flux migratoires FRONTEX nouvelle version

GOLIAS Hebdo N° 441 (France), 14-20/07/2016

SOMMAIRE

L’Agence Frontex change de nom

Les eurodéputés adoptaient le 6 juillet un texte portant sur la création d’une nouvelle agence de contrôle des flux migratoires, désormais appelée corps européen de garde-frontières et de garde-côtes. Avec des pouvoirs plus importants mais toujours sans contrôle indépendant de ses activités et sans mise en responsabilité en cas de violation des droits.

FRONTEX : une agence incompatible avec le respect des droits

La nouvelle Frontex est née le 6 juillet après le vote des eurodéputés, avec des pouvoirs étendus et sans réel contrôle de ses activités. Quelles sont les craintes et les interrogations qui se posent actuellement ? Co-coordinatrice du réseau Migreurop et de la campagne Frontexit, Brigitte Espuche a bien voulu répondre à nos questions.

Michel Rocard, cet inlassable militant

Lorsque Michel Rocard passe sur l’autre rive, c’est un militant qui s’efface de la vie publique. Militant avant tout mais maire, député, ministre, Premier des ministres, secrétaire général de parti, candidat « empêché » à la présidence de la République, ambassadeur des Pôles... N’en jetez plus !

L’Afrique mise en danger par le commerce européen

La Commission européenne va adopter de nouveaux accords commerciaux avec les pays d’Afrique de l’Ouest. Pour les ONG qui tentent de mobiliser l’opinion publique et le Parlement européen, il faut empêcher l’entrée en vigueur de textes qui empêcheraient le développement de l’une des zones les plus pauvres du monde.

Les conservateurs : « des clous » dans les mules de François

C’est l’été ! Vive les vacances ! Pas à Rome pourtant où l’on en profite pour se porter des coups de manière plus ou moins feutrée. Chaque camp tend à se raidir : d’une part, celui de François, lequel ne s’occuperait pas des ultra-conservateurs ; d’autre part, ces derniers, mis peu à peu sur la touche mais ardents contre ce pape qu’ils comparent à un fossoyeur de la doctrine.

Elie Wiesel, la mort d’un témoin capital

Il est difficile de ne pas retenir ses larmes en apprenant le décès d’Elie Wiesel, survivant des camps d’extermination, militant des droits de l’homme, conteur extraordinaire, témoin capital du siècle, si frêle d’apparence, si puissant par l’esprit et la détermination au point que la « volonté de puissance » d’un Nietzsche apparaît en comparaison pour ce qu’elle est secrètement : la volonté d’un être qui se détourne de la beauté du monde et de la bonté de Dieu.

Vers la fin de la solidarité

Il y a d’étranges concomitantes. La veille de ce triste mercredi 6 juillet, où Mme El Khomri jubilait devant les bancs de l’Assemblée capitulant sous le coup du 49.3, tandis qu’à l’arrière plan, floue, – sans doute un « pléonasme photographique » - Mme Cosse souriait tout autant, France Culture diffusait la leçon inaugurale au Collège de France du cours d’Alain Supiot 1 titulaire de la chaire « État social et mondialisation. Analyse juridique des solidarités ». C’était en 2012...

Liens vers la publication de Golias Hebdo