Australie

Généralités

L’Australie est régulièrement condamnée par des instances nationales et internationales pour les conditions inhumaines qui prévalent dans les 6 camps militairement équipés où, selon une loi de 1994 unique au monde, les immigrants sans visa sont immédiatement internés, pour une durée indéterminée et sans accès aux droits. Les bateaux de clandestins sont arraisonnés par les troupes spéciales de l’armée.

4 novembre 2003
l’Australie prend en urgence des mesures ad hoc (exclusion de l’île de Melville et de 4.000 ilôts du territoire australien) pour ne pas y appliquer les lois sur l’immigration (ces lois sont de toute façon une horreur) : 14 boat people kurdes ne pourront donc pas avoir recours au système judiciaire et demander le droit d’asile. Leur embarcation a été reconduite en Indonésie sous escorte de la marine australienne. Amanda Vanstone ne le cède en rien à Philipp Ruddock, auquel elle a succédé le mois dernier comme ministre de l’immigration.
La France ne procède pas autrement quand elle soumet à un statut réglementaire spécial une partie de son territoire (en particulier Polynésie, Mayotte, etc.) pour l’application des lois régissant l’entrée et le séjour des étrangers)

- La gestion des camps australiens est privatisée : après avoir été confiée à Australasian Correctional Management (ACM), elle vient de passer à Group4 Falck
ACM était une filiale de WCC, filiale du géant américain Wackenhut, jusqu’à ce que Group 4 Falck achète The Wackenhut Corporation en mai 2002. Confusing, isn’it...
Group 4 Falck est le second groupe mondial de services de sécurité, opérant dans plus de 80 pays, avec plus de 230.000 employés (662 en Australie) et un chiffre d’affaires de 4,2 milliards d’euros

- Une vidéo à charger sur les camps australiens : Holiday camp attention : il est nécessaire d’avoir une connexion câble...

- Voir le dossier du Gisti (février 2002)

Presse

- L’Australie se prive de ses îles pour éviter les boat people Le Monde , 6 novembre 2003
Presse anglophone

- The Australian navy has escorted a boat carrying 14 suspected asylum seekers
back to Indonesia, where the group is now being held by local police
Voice of America, 9 novembre 2003 (article en anglais)

- Australian asylum ruling backed BBC News, UK 7 novembre 2003 Australia’s upper house of parliament, the Senate, rejected the attempt by the Green Party to have the new law overturned (article en anglais)

- Indonesian officials today said they were awaiting a possible request from
Australia to take back a boatload of asylum seekers in limbo off Melville
Island
news.com.au, 5/11/03 (article en anglais)

- Process asylum seekers, UN tells Australia The Age 5/11/03 (article en anglais)

- New asylum seekers denied courts The Age 4/11/03 (article en anglais)

Points de vue et rapports

- Lire le rapport de visite en Australie (24 mai-6 juin 2002) du Groupe de travail sur la détention arbitraire de la Commission des droits de l’homme de l’ONU : « Civil and political rights, including the question of torture and detention - Report of the Working group on arbitrary detention - visit to Australia » (Président-Rapporteur : Louis Joinet)
(document en anglais, pdf, 78 Ko, 20 p)

- réponse du gouvernement australien au rapport Joinet
Philip Ruddock (alors ministre de l’intérieur australien) a répondu point par point aux mises en cause du représentant de l’ONU. Il nie existence d’un « état de dépression collective ». « Certains cas isolés sont à noter », admet-il, « mais, pour la plupart, les détenus utilisent l’auto-mutilation pour influencer le traitement de leur demande d’asile ». En ce qui concerne la longueur des détentions, M. Ruddock évoque le manque de coopération de certains détenus qui refusent de donner tous leurs documents d’identification. « Quand à la procédure d’appel, elle dépend du système judiciaire et n’est plus de la compétence du gouvernement », précise-t-il. Sur le cas des enfants internés, le ministre reconnaît la présence de 14 mineurs non-accompagnés. « La question est de savoir si l’on maintient en détention des adultes arrivés sans leurs enfants tandis qu’on libère ceux qui ont pris le risque d’emmener leur enfants avec eux ? », s’interroge-t-il. A propos de la gestion des centres, Philip Ruddock rejette l’ensemble des critiques et exclut toute modification du mode de fonctionnement actuel.
Quant à Alexander Downer, ministre des affaires étrangères, il déclare « Whatever the rights or wrongs of these issues, we’ll decide them ourselves, not have bureaucrats in Geneva decide them for us. » (lire dans la retranscription d’une émission de la télévision australienne du 6/6/02 les propos de Louis Joinet, Philip Ruddock et Alexander Downer)

- Voir le chapitre immigration du rapport 2001-2002 de l’Ombudsman du Commonwealth australien (document en anglais, pdf, 164 ko)

- Amnesty International
Offending human dignity - the ’’Pacific Solution" (26/8/02 - article en anglais)

- AI Australie
MV Tampa and the Pacific Solution
(article en anglais)

- Oxfam
Adrift in the Pacific - The Implications of Australia’s Pacific Refugee Solution (février 2002 - document en anglais, pdf, 187 ko)

Still Drifting : Australia’s Pacific Solution becomes "A Pacific Nightmare" (août 2002 - document en anglais, pdf, 364 ko)

- Human Rights Watch
By Invitation Only -report on Pacific Solution, 2002 (document en anglais)

- Le point de vue du ministère de l’Immigration australien
Illegal migration myths - the real facts
(article en anglais)

Border protection
(article en anglais)

- Un papier de AustHumanRights qui, après avoir donné la substantifique du rapport et de la lettre ouverte d’AI, explique aux australiens le projet anglais et fait d’intéressantes comparaisons avec la Pacific solution (article en anglais)

Sans oublier les enfants

- La Haute-Cour australienne annule un jugement de la Cour de la famille qui déclarait illégal le maintien en détention d’enfants demandeurs d’asile (29/4/04)

- Peter Costello, ministre des finances du Commonwealth australien
(28/6/03)
Mr Costello also spoke about the Government’s policy of keeping asylum-seeker children in detention. He said no one liked to see it, but the alternative of separating youngsters from their families was also undesirable.

Woomera

Les parlementaires Verts australiens viennent de demander l’ouverture d’une enquête sur les brutalités de l’administration du camp de Woomera (20/5/03 - article en anglais).

Sources d’infos sur les camps, les politiques australiennes et les actions
indiquées par nos amis de noborder Australie

- no one is illegal - Melbourne
- xborder
- http://melbourne.indymedia.org/features/borders/
- http://www.rac-vic.org/
- http://antimedia.net/nooneisillegal
- http://www.westnet.com.au/jackhsmit/nada1.htm
- http://www.hopecaravan.com/
- http://www.ruralaustraliansforrefugees.org/
- http://www.antimedia.net/desertstorm/
- http://www.baxterwatch.net/
- http://home.vicnet.net.au/~mdwatch/
- http://www.nauruwire.org/
- http://members.optusnet.com.au/hazara/manus.htm
- http://www.porthedland.nomasters.org/index.html
- http://www.ajustaustralia.com/home.php
- http://www.boat-people.org/