Séminaire de Bruxelles février 2003

La démocratie en danger : des camps d’étrangers en Europe

Dans de nombreux pays de l’Union européenne, de plus en plus d’étrangers sont cantonnés, mis à l’écart, détenus, au mépris des droits de l’homme, des conventions nationales et internationales pourtant ratifiées par ces Etats.

Des hommes, des femmes, des enfants qui fuient la guerre, les persécutions, la misère sont traités en délinquants pour avoir traversé les frontières de l’Europe.

L’Union européenne, dont la création a reposé sur le souci d’éviter le renouvellement des horreurs du passé, et qui s’honore d’afficher les valeurs de justice, de liberté, de fraternité, s’accommode néanmoins de plus en plus de pratiques d’exception qui stigmatisent, chassent, refoulent, enferment les étrangers en demande d’accueil et de protection.

Alors que l’Union européenne prépare son élargissement aux pays de l’Est, cette mise à l’index des étrangers, de “ de l’autre ”, augure mal de son avenir.

Convaincus que l’Union européenne doit être à la fois, pour les Européens comme pour les autres peuples du monde, un levier au service de la démocratie et de la paix, et le lieu d’invention d’un nouveau type de relations internationales dans le cadre duquel pourrait s’élaborer une politique migratoire innovante, nous appelons tous ceux et celles, qui, chercheurs ou militants, se sont engagés dans leur pays auprès des réfugiés à confronter leurs idées, leurs actions, leurs analyses.

Quatre questions seront soumises à la réflexion et au débat au cours de la conférence :

- pourquoi l’Europe fabrique-t-elle des camps d’étrangers sur son territoire et à sa périphérie ?

- connaissance et analyse dans les pays de l’Union européenne des différents espaces d’enfermement des étrangers,

- interrogation sur les pratiques d’exception et d’enfermement au regard des droits de l’homme,

- préparation d’un séminaire européen sur les camps en Europe, qui se tiendra à Bruxelles les 5 et 6 février prochains et dont l’objectif sera d’alerter l’opinion publique et d’interpeller les institutions dans le cadre de l’avenir de l’Europe.