Journées d’action et de mobilisation

37 articles

  1. Open Access 2012 : Camps d’étrangers ? N’entrez pas, violation des droits !

    « Camps d’étrangers en Europe : Ouvrez les portes ! On a le droit de savoir ! »

    Le 14 juin 2012
    Devenu un outil politique incontournable de la gestion de l’immigration et de l’asile, la pratique de l’enfermement des migrants se développe de façon inquiétante. Ce n’est pas seulement vrai en Europe. L’actualité récente en Grèce, au Canada et en Israël (voir analyse ci-jointe) témoigne de l’évolution déraisonnable du recours à la détention par les gouvernements. La mise à l’écart des populations jugées indésirables qui en résulte reste largement cachée à la société civile et aux médias. (...) La suite

  2. Camps d’étrangers en Europe : Ouvrez les portes ! On a le droit de savoir !

    Campagne conjointe : Open access now !

    Aujourd’hui, dans la plupart des pays de l’UE, les journalistes et la société civile ont un accès très limité au centre de rétention. La campagne " Open Access" se concentre sur des visites de journalistes et de représentant de la société civile dans les lieux d’enfermements pour étrangers. La suite

  3. Lettre à Monsieur Claude Guéant

    par Richard Young, sénateur

    Le sénateur Richard Young, interpelle Claude Guéant sur les conditions d’enfermement dans le Local de Rétention Administrative (LRA) de Choisy-Le-Roi. La lettre rapelle les conclusions de la visite du 1er avril (qui avait mis en avant l’indaptabilité des locaux) ainsi que la décision de la Cour d’Appel de Paris qui a déclaré les conditions dans ce LRA contraire aux droits de l’homme. La suite

  4. Conditions de rétention dans le LRA de Choisy-Le-Roi

    Ordonnance de la cour d’appel de Paris (audience du 7 mai)

    Voici une ordonnance de la cour d’appel de Paris qui statue sur le cas d’un marocain retenu dans le Local de Rétention Administrative (LRA) de Choisy-le-Roi. La cour d’appel considère que l’absence d’accès libre aux sanitaires dans ce local, est une atteinte à la dignité de l’intéressé qui a donc été remis en liberté. Les observations réalisées lors de la visite du 1er avril (dans le cadre de la campagne Droit de Regard) sont venues appuyer cette constation. Ce sont là des conséquences juridiques de la campagne. La suite