• Alors que la 1ère campagne Boats4People est un succès, les frontières maritimes de l’EU demeurent toujours aussi meurtrières.

    Communiqué de presse final n°10.

    Hier, le 19 juillet, les derniers événements de la campagne Boats4People se sont déroulés à Lampedusa. Si une évaluation approfondie et la planification des prochaines actions auront lieu dans les prochaines semaines, nous pouvons dors et déjà affirmer que la campagne a été un succès. Les dernières semaines ont cependant été marqués par plusieurs évènements tragiques qui prouvent que la fermeture des frontières maritimes de l’UE demeure toujours aussi meurtrières.
    Il y a un an, en réponse au nombre (...) La suite

  • La première action en mer est sur le point de s’achever, le projet continue.

    Communiqué de presse n°9

    La première action en mer de Boats 4 People est sur le point de s’achever. Néanmoins, il est important de souligner que le projet a vocation à continuer non seulement par ses actions de mise en réseau, d’analyse juridique et de contentieux, d’observation et de recherches de données.
    Des actions de sensibilisation se sont déjà déroulées en parallèle de la flottille : Calais, Strasbourg, Francfort, Hambourg, Paris, Amsterdam, Tilburg etc. Ce type d’actions continuera à donner une visibilité au projet (...) La suite

  • L’Oloferne aux portes de l’Europe forteresse

    Communiqué de presse n°8

    Après une courte traversée depuis la Tunisie, l’Oloferne est arrivé au port de Lampedusa
    Ce dimanche 15 juillet 2012 à minuit, l’Oloferne a quitté la Tunisie pour Lampedusa avec une nouvelle équipe à bord. La traversée a été l’occasion d’une autoformation et de nombreuses discussions autour des aspects juridiques et techniques du secours en mer ainsi que de la répression des migrations dans le canal de Sicile.
    Comme décrit dans de nombreux témoignages de migrants recueillis par Boats 4 People, nous (...) La suite

  • Cap sur Lampedusa !

    Communiqué de presse n°7

    Après trois jours de campagne en Tunisie, l’Oloferne reprend la mer.
    Les organisations de Boats 4 People terminent leurs activités à Monastir. Les journées de préparation du forum social mondial ont renforcé les dynamiques de luttes communes, que cela soit dans les mobilisations des migrants au Maghreb ou des proches des morts et disparus en mer. L’Oloferne prend désormais la route des migrants pour se diriger vers Lampedusa, l’une des portes de l’Europe forteresse. Nous y poursuivrons nos activités (...) La suite

  • Un lâcher de bateaux en papier à Paris le 17 juillet

    Pour que cessent les morts de migrant.e.s faute de secours des Etats

    Plusieurs associations appellent au soutien de l’action internationale Boats4People qui se déroule actuellement en Méditerranée. Boats4People entend dénoncer l’indifférence des Etats qui assistent souvent sans bouger à des naufrages, notamment entre côtes africaines et européenne. A Paris, la dénonciation de cette hécatombe en raison d’une politique de non-assistance à personnes en danger s’exprimera par un lâcher de bateaux en papier dans le Canal Saint- Martin sur le Quai de Valmy à la hauteur du square Villemin le mardi 17 juillet à partir de 19h. La suite

  • Ensemble en Tunisie pour la liberté de circulation !

    Communiqué de Presse n°6

    Après une mission d’observation sur l’île de Pantelleria, le bateau Oloferne, qui conduit la première action de Boats 4 People est arrivé le mercredi 10 juillet 2012 au port de Monastir. Au même moment, deux délégations de Boats 4 People se déplaçaient en Tunisie. L’une s’est rendue à l’hôpital de Zarzis pour rencontrer l’unique survivant du naufrage de plus de 50 migrants au large de la Libye. La seconde est partie pour le camp de Choucha afin d’y recueillir les revendications des réfugiés. Ce témoignage (...) La suite

  • Zarzis, le 11 juillet 2012 : Boats 4 People : Une délégation rencontre l’unique survivant du tragique accident ayant couté la vie à 55 personnes.

    Communiqué de Presse n°5

    Un an et quelques mois après le cas du « left-to-die boat » qui avait suscité une indignation internationale, un autre dramatique accident similaire révèle combien, malgré les bouleversements géopolitiques dans la région, les migrants continuent de mourir en Méditerranée dans des conditions épouvantables.
    L’an dernier, au mois de mars 2011, 63 personnesqui avaient quitté Tripoli pour tenter de rejoindre les cotes du sud de l’Italie meurent après avoir dérivé pendant quatorze jours en mer. Cet accident (...) La suite