• Xénophobie d’État et criminalisation de la solidarité à Chypre

    KISA, de nouveau la cible des attaques gouvernementales

    KISA, membre chypriote du réseau Migreurop, est à nouveau dans la ligne de mire du gouvernement pour son action en faveur des personnes exilées. Depuis le 14 décembre 2020, elle a été retirée du Registre des associations, au prétexte qu’elle n’a pas respecté les démarches administratives dictées par la loi "Associations and Foundations" de 2017.
    Ce n’est pas la première fois que KISA subit l’acharnement des autorités et d’une partie de la presse écrite, parce qu’elle dénonce la xénophobie d’Etat qui (...) La suite

  • Frontex, 15 ans d’impunité : l’agence hors-la-loi doit disparaître !

    L’agence de garde-côtes et de garde-frontières européens Frontex est accusée par divers médias d’avoir eu connaissance ou de s’être rendue complice du refoulement d’au moins six bateaux d’exilé·e·s en mer Egée, entre mars et septembre 2020 dans le cadre de l’opération Poséidon. Pour la première fois, l’agence a été sommée de s’expliquer auprès de la Commission et du Parlement européens. Il était temps !
    Accusations nombreuses et récurrentes De multiples acteurs documentent depuis dix ans déjà l’incompatibilité du (...) La suite

  • Mort·e·s et disparu·e·s aux frontières européennes : les États irresponsables désignent de nouveaux coupables, les parents !

    Communiqué Loujna-Tounkaranké/Migreurop

    Dans la nuit du 7 au 8 novembre 2020, un jeune père iranien assistait impuissant à la mort de son fils de 6 ans au cours de leur traversée en mer pour rejoindre la Grèce. Le lendemain, les autorités grecques décidaient de le poursuivre en justice pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Il risque 10 ans de prison.
    Trois jours plus tard au Sénégal, les autorités décidaient de poursuivre plusieurs personnes dont le père d’un jeune garçon de 14 ans décédé lors d’une traversée vers les Canaries (...) La suite

  • Appel pour l’évacuation immédiate de Moria

    En soutien aux exilé·e·s présent·e·s sur l’ile de Lesbos, Migreurop est signataire d’une tribune initiée par un collectif de personnalités européennes et publiée dans le journal Libération du 11 septembre 2020.
    Au moment où 12 500 réfugié·e·s et demandeur·euse·s d’asile errent sans abri sur les routes et les collines de Lesbos, où les intoxiqué·e·s et les blessé·e·s de l’incendie de Moria sont empêchés par la police de rejoindre l’hôpital de Mytilène, où des collectifs solidaires apportant des produits de première (...) La suite

  • A Calais, Abdulfatah Hamdallah, victime des politiques migratoires européennes

    Action collective

    Le 19 août dernier, Abdulfatah Hamdallah, un exilé soudanais originaire du Kordofan occidental, a été retrouvé mort sur une plage de Sangatte, dans le Pas-de-Calais, après avoir tenté de traverser le détroit qui sépare le Royaume-Uni de la France à bord d’une embarcation de fortune.
    Encore un mort. Un mort de plus.
    Abdulfatah Hamdallah n’est pas le premier à avoir trouvé la mort en tentant de rallier l’Angleterre. À Calais comme ailleurs dans l’Union européenne (UE) et aux portes de celle-ci, des (...) La suite

  • Les mort·e·s en Méditerranée ne sont pas une fatalité !

    La solidarité, dernier rempart face aux politiques mortifères de l’Union européenne (UE)

    Après plusieurs jours d’incertitude et de confusion, le bilan de ce début du mois d’avril en Méditerranée centrale — bien que pour l’heure encore provisoire — est particulièrement funeste : des centaines de personnes migrantes épuisées après avoir été abandonnées plusieurs jours en mer sans aucun secours, 12 personnes mortes de fatigue, de déshydratation ou noyées et plusieurs centaines renvoyées dans l’enfer libyen qu’elles tentaient de fuir à tout prix. Mais alors que l’Europe essaie de faire passer cette (...) La suite

  • UE–Turquie : le cynisme en partage

    Plus que jamais, ce 18 mars 2020, à l’heure où une pandémie se répand, s’en prenant aux populations les plus démunies et les moins protégées, dont les personnes exilées dans les hotspots, aux frontières, ou encore enfermées dans des centres de rétention européens, nous exprimons avec force notre rejet total de cette politique cynique qui n’est rien d’autre qu’une guerre aux migrant.e.s.
    Il y a quatre ans, le 18 mars 2016, était rendue publique la Déclaration « UE/Turquie » par laquelle l’Union européenne (...) La suite

  • À la frontière gréco-turque, la xénophobie et le racisme tuent ! L’Union européenne aussi !

    Depuis plusieurs jours, des personnes meurent à la frontière gréco-turque ! Cette situation est la conséquence directe de choix politiques opérés par les dirigeants européens qui voudraient boucler les frontières de l’Union européenne à tout prix, notamment en sous-traitant à des États non européens l’examen des demandes d’asile et l’encampement des indésirables. Des images insoutenables arrivent quotidiennement, montrant des personnes exilées refoulées ou mises délibérément en danger.
    Pour empêcher leur (...) La suite

  • Une coalition contre les violences aux frontières

    Nous déposerons plainte contre la Grèce et l’UE pour les violations des droits des personnes migrantes et réfugiées fuyant la Turquie
    Ces derniers jours, les violations des droits des migrant·e·s et réfugié·e·s qui cherchent à accéder au territoire européen via la Grèce ont pris une tournure dramatique. Si les violences contre les exilé·e·s atteignent aujourd’hui un niveau inouï, les conditions de cette escalade ont été posées par les dirigeants européens depuis plusieurs années. En 2015, l’Union européenne (...) La suite

  • Violations des droits humains à la frontière gréco-turque : l’Union européenne complice !

    Mobilisation collective

    Les expulsions d’exilé·e·s décidées par la Grèce, qui annonce vouloir les renvoyer non seulement vers la Turquie d’Erdogan mais même dans leur pays d’origine, sans aucun examen de leur situation et de leur besoin de protection, sont insupportables.
    La situation à la frontière gréco-turque est la conséquence de la politique de l’Union européenne fondée sur la fermeture des frontières, l’externalisation de l’asile et le marchandage avec des États sans scrupules.
    La xénophobie, le racisme et leur normalisation (...) La suite