• Note Migreurop n. 6 - Octobre 2017

    Niger : ingérence et néocolonialisme, au nom du Développement

    Le 10 octobre 2016, la chancelière allemande Angela Merkel était reçue en grande pompe à Niamey. Elle ne faisait pas mystère que ses deux préoccupations étaient la « sécurité » et « l’immigration ». Il s’agissait de mettre en œuvre des « recommandations » répétées à l’envi : le Niger, « pays de transit », devait être accompagné afin de jouer le rôle de filtre migratoire. Des programmes de « renforcement des institutions locales » feraient advenir cette grande césure entre les « réfugiés » à protéger sur place et les « (...) La suite

  • Note Migreurop n. 5 - Avril 2017

    Externalisation tous azimuts : de l’arrangement UE - Turquie aux Migration Compacts en Afrique

    Le contrôle des frontières extérieures de l’espace Schengen se délocalise au travers d’une sous-traitance de plus en plus souvent confiée à des pays de transit ou de départ. Le blocage des personnes en migration passe ainsi par la politique de voisinage, la signature d’accords divers (coopération, aide au développement, gestion concertée des flux migratoires ou réadmission) et de nouveaux outils comme les Migration compacts. Les pressions sur les États d’Afrique ou du Moyen-Orient pour qu’ils promulguent (...) La suite

  • Note de Migreurop n. 4 - Octobre 2016

    Des hotspots au coeur de l’archipel des camps

    Les hotspots sont généralement présentés comme un élément clef de la réponse de l’Union européenne (UE) à la « crise migratoire », mais encore faut-il s’entendre sur le sens de cette expression.
    Pour les concepteurs d’une politique européenne d’asile fondamentalement restrictive, il y a « crise » lorsque les exilés arrivent en nombre dans l’UE. S’ils y parviennent, c’est que l’édifice communautaire doit être renforcé : l’entrée des pays où il est éventuellement possible de bénéficier des droits ouverts par la (...) La suite


Communiqués de presse