communiqués

79 articles

  1. Arrivée du bateau à Palerme -conférence de presse le 6 Juillet à 10h-sur la jetée "della Cala"

    communiqué de presse n°3

    Après plus de deux jours de traversée, l’Oloferne, qui effectue notre première mission en mer, a gagné les côtes de la Sicile le 4 juillet aux alentours de 23h00. Il a été accueilli par des militants locaux de Boats 4 People. Cette arrivée marque la seconde étape de notre action de dénonciation de politiques migratoires européennes responsables des morts de boat-people en Méditerranée.
    Avec à bord deux réalisateurs, deux journalistes, un représentant de familles de disparus et trois activistes (...) La suite

  2. Une plateforme en ligne pour cartographier les violations des droits des migrants aux frontières maritimes de l’UE

    Alors que le bateau Oloferne de Boats4People est en mer, de nombreux autres participants à la campagne contribuent depuis la terre, et ce à travers l’Afrique, l’Europe et même les USA. Parmi eux, les initiateurs du projet de recherche Forensic Oceanography de l’Université de Goldsmiths, Londres, qui, dans le cadre de B4P, ont lancé une nouvelle plateforme en ligne pour cartographier en temps presque réel les morts des migrants ainsi que les violations de leurs droits aux frontières maritimes de (...) La suite

  3. Communiqué 2 : après un jour de navigation

    Presque un an jour pour jour après le lancement du projet, sous les aplaudissements des participants du meeting antiraciste de Cecina et aux cris de "Boats 4 People !", plusiers centaines de ballons ont été lachés dans le port de Rosignano au départ du bateau "Oloferne" de l’organisation Nave di Carta pour la première mission de Boats 4 People. Composé de trois activistes internarionaux, d’un représentant de familles de migrants disparus en Tunisie, de deux journalistes et deux documentaristes, (...) La suite

  4. La France refuse une nouvelle fois à deux militants du Sud d’être présents à une manifestation internationale

    Une nouvelle fois, la politique de fermeture des frontières empêche des militants des droits de l’homme de se réunir. Parce qu’ils n’ont pu obtenir des autorités françaises les visas nécessaires, un représentant de l’Association des Maliens Expulsés (AME), et un de l’Association des Refoulés d’Afrique Centrale au Mali (ARACEM) n’ont pu être présents à la rencontre internationale anti-raciste organisée par ARCI, Boats 4 People et le réseau Migreurop entre le 30 juin et le 2 juillet 2012 à Cecina (Italie) . (...) La suite