• Guerre aux migrant·e·s : la justice française entérine la coopération de la France avec le gouvernement libyen

    Communiqué

    A l’heure où la Libye est en proie à une nouvelle guerre civile, la France n’a pas hésité à annoncer la livraison de six bateaux pour lutter opportunément contre l’immigration « dite clandestine ». Le tribunal administratif de Paris, saisie par plusieurs associations dont Migreurop, n’y trouve rien à redire.
    Une fois de plus , des juges s’abritent derrière le fait que l’acte de cession relève de la conduite des relations internationales de la France pour se déclarer incompétents à opérer un contrôle de (...) La suite

  • Vidéo Migreurop "Non à la guerre aux migrant·e·s"

    Ces dernières années se caractérisent par une hostilité de plus en plus importante à l‘égard des personnes en migration, que l’Europe se refuse désormais tout bonnement à accueillir, y compris lorsqu’elles sont en quête de protection. Elles sont considérées indésirables sur le sol européen, en proie à la montée des populismes de droite et d’extrême-droite, et à une répression accrue à leur égard, ainsi qu’à leurs soutiens.
    A l’occasion des élections européennes en mai 2019, le réseau Migreurop se mobilise (...) La suite

  • L’État français livre des bateaux à la Libye : des ONG saisissent la justice !

    Communiqué de presse

    Nos huit associations saisissent aujourd’hui la justice pour dénoncer la complicité de la France dans les violations des droits humains en Libye. Elles demandent auprès du tribunal administratif de Paris la suspension d’une livraison d’équipements prévue par le ministère des Armées à destination des garde-côtes libyens compte tenu de doutes sérieux sur sa légalité.
    En février dernier, Florence Parly, ministre des Armées, annonce l’achat par la France de six embarcations rapides au profit des garde-côtes (...) La suite

  • Le réseau Migreurop soutient l’opération Mediteranea contre les effets dévastateurs des politiques migratoires européennes

    Depuis 2011, Migreurop participe à la coalition Boats4People et soutient la plateforme Watch the Med, qui visent à promouvoir les droits des migrants en mer, en faisant connaître et en documentant les situations de détresse, attentatoires à leurs droits. Dans la continuité de ce travail de dénonciation, le réseau soutient le projet Mediterranea.
    Le réseau Mediterranea Saving Humans, qui a affrété le Mare Jonio, bateau sous pavillon italien, a deux objectifs : « C’est une mission d’obéissance civile (...) La suite

  • En Allemagne, des centres d’accueil… de plus en plus fermés

    Depuis 2015, la tendance en Allemagne est de normaliser l’ouverture de centres dits de « premier accueil », en regroupant plusieurs administrations sur un même site. Ces centres ont pour but de permettre aux exilé.e.s de clarifier leur situation administrative et de déposer une éventuelle demande d’asile. En théorie, ceux-ci ne doivent pas y rester plus de six mois, et sont ensuite transféré.e vers des Gemeindezentren, des centres d’accueil gérés par les communes, même si l’examen de la demande de (...) La suite

  • Planches de l’Atlas des migrants en Europe traduites en arabe (détention/externalisation)

    Ce dossier présente sept planches (cartes et textes) issues de la troisième édition de « l’Atlas des migrants en Europe », ouvrage de décryptage et d’analyse critique des politiques migratoires européennes réalisé par le réseau Migreurop et paru en novembre 2017.
    Traduites en arabe pour permettre aux membres, partenaires et proches arabophones du réseau de se réapproprier ces analyses, ces planches illustrent la politique de mise à l’écart des populations du Sud mise en œuvre par les Etats-membres de (...) La suite

  • Colloque OEE « Les nouvelles formes de contrôle des personnes étrangères : de l’accueil à l’enfermement »

    A l’initiative de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE France), en partenariat avec la LDH Bretagne, le MRAP, le festival Migrant’scène de La Cimade, et Migreurop, un colloque s’est tenu le 25 novembre 2017 à Rennes sur le thème des nouvelles formes de contrôle des personnes étrangères. Ce colloque avait pour objet de dresser un panorama des nouvelles formes de contrôle, des restrictions et de privation de liberté des personnes étrangères, de cerner leurs liens, leurs porosités, leurs (...) La suite

  • Le détournement progressif de l’approche hotspot en Italie

    Trois ans après, alors que les arrivées de migrant.e.s sur le territoire italien diminuent, l’« approche hotspot » (mai 2015) s’est traduite par la mise en place de camps dans lesquels les violations des droits des étrangers se sont multipliées. En Italie, cinq camps sont opérationnels : Lampedusa (depuis le 1er octobre 2015), Trapani (depuis le 22 décembre 2015), Pozzallo (depuis le 19 janvier 2016), Tarente (depuis le 29 février 2016) et Messine (depuis septembre 2017). Leur objet et fonctionnement (...) La suite

  • JAI-UE : course effrénée au renforcement de Frontex au détriment des droits fondamentaux

    Le 12 octobre, le Conseil Justice et affaires intérieures discutera de la nouvelle proposition de réforme de Frontex, l’agence européenne des garde-côtes et garde-frontières, deux ans après la dernière révision du mandat en 2016. Peu importe les critiques relatives aux violations des droits inhérentes à ses activités : l’agence est en passe d’acquérir des compétences exécutives ainsi qu’un rôle accru pour expulser depuis les Etats membres et depuis les Etats non européens.
    Le collectif Frontexit réitère ses (...) La suite

  • L’Espagne, “terre d’accueil" ?

    L’Espagne n’est pas réputée pour être une terre d’accueil. Peu de personnes migrantes et demandeuses d’asile parviennent à entrer sur le territoire espagnol et/ou à accéder à une protection effective. Mais avec l’évolution des routes migratoires, l’Espagne est redevenue, en 2017, la troisième porte d’entrée en Europe, après l’Italie et la Grèce. Les arrivées de migrant·e·s y sont ainsi trois fois plus nombreuses qu’en 2016. Bien plus, en 2017, le nombre de demandes d’asile enregistrées en Espagne est plus élevé (...) La suite

Cartes

Rapports

portfolios

Close the camps

Une cartographie dynamique et participative de l’enfermement des étrangers en Europe et au delà

>> voir le site

Frontexit

L’Europe est en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente

>> voir le site